[ Test ] The Chant

The Chant est ce genre de jeu qui intrigue, une jaquette spéciale et un synopsie qui donne clairement envie. The Chant est un jeu développé par le petit studio canadien Brass Token et édité en France par Plaion. Je vais être franc, j’ai reçu une version PS5 du jeu par l’éditeur en début de semaine. Je tiens d’ailleurs à m’excuser auprès des développeurs mais aussi de l’éditeur qui m’a fait confiance en m’envoyant le jeu d’avance mais j’ai fait l’erreur de me tromper de date. Étant donné que le jeu sortais le 3 novembre, je pensais bêtement que l’embargo se finissait le 2. Et j’ai leaké stupidement les screens que vous verrez dans ce test sur mon compte Twitter, le soir du 2 novembre. L’erreur est humaine et j’espère que ça n’entachera pas notre excellente relation avec Plaion depuis le début de l’ouverture de mon site. Bref on ferme cette parenthèse et on revient au but de base de ce test, donner mon avis sur The Chant.

The Chant est un double A venant d’un studio assez petit donc ils n’ont pas vraiment de ressources et je trouve que pour une petite équipe, le travail est assez bien fait. Certes, il y a des défauts, c’est joli mais pour un jeu PS5, c’est clairement en dessous, on a des bugs de l’époque PS2, comme des interrupteurs qui disparaissent après avoir été actionnés ou carrément notre héroïne reste coincée dans une porte. Les animations sont aussi très datées mais outre tous ses points négatifs, le jeu reste tout de même sympatoche à parcourir.

The Chant n’est pas un jeu d’horreur comme beaucoup pourraient le dire. Le jeu est plus proche d’un bad trip psychédélique qu’autre chose. D’ailleurs si on devait le comparer à un jeu, je pense qu’on peut le comparer à Alan Wake. Dans l’ambiance déjà et aussi dans la façon dont l’intrigue s’installe. D’ailleurs l’histoire du jeu est vraiment le point central du titre. Dans le jeu, on suit Jessica à qui il est arrivé un évènement tragique, il y a de ça plusieurs années et elle décide donc de rejoindre son ami Kim, pour suivre une retraite spirituelle dans un trou du monde, en plein milieu de l’océan. Et le chef de ce groupe de Peace & Love en pyjama blanc qui se dit être le descendant d’un mec qui a inventé une science mystique intitulée Prismologie va faire l’erreur d’ouvrir une porte interdimensionnelle lors d’un rite qui se passe mal car une détraquée du groupe quitte le cercle sans prévenir. Alors le scénario de base n’est certes pas très glorieux, ça ressemble à une série pour ado de chez Netflix, d’ailleurs, j’ai moi-même trouvé des similitudes avec la série « Bienvenidos a Edèn » mais bizarrement le délire marche plutôt bien.

Donc les évènements se passent sur l’île de la Gloire, on contrôle Jess tout le long du jeu, c’est un jeu purement linéaire. Et chaque personnage devra dans un sens être sauvé par notre héroïne et le jeu est d’ailleurs découpé en zones et chaque zone à son personnage à sauver. Et chaque zone en plus d’offrir son affrontement apportera son lot d’énigmes pas vraiment difficiles, croyez-moi. Donc la structure du titre reste très basique, mais c’est au final, assez plaisant à parcourir. On s’ennuie pas, il se passe tout le temps quelque chose et le scénario n’est pas saoulant à suivre. Le gros soucis du jeu, c’est quand même son gameplay, Jess a 3 caractéristiques, Le mental, la santé et la spiritualité. Chaque fois que vous allez être face à un monstre, le mental va baisser et il est donc impossible de se battre et donc vaut mieux fuir. Mais la spiritualité permet de faire remonter le mental et donc d’affronter nos ennemis. Au départ, c’est assez complexe quand même, mais au final, quand on comprend le système, c’est roulé jeunesse. Ces 3 caractéristiques peuvent monter en niveau grâce à un arbre des compétences assez basique. J’ai quand même trouvé les affrontements assez répétitifs et brouillons, surement dû à des soucis d’animations du personnage qui sont quand même vachement datées. Mais il faut avouer qu’on a très rapidement une montée en puissance avec des pouvoirs spirituels et des « armes » de corps à corps qui se débloquent ou s’améliorent tout le long du jeu.

Pour conclure, le titre est une sorte d’Alan Wake avec un délire secte poussé à l’extrême. Franchement si vous kiffez ce genre d’ambiance, courez acheter le jeu, surtout que j’ai été voir, il est vraiment à un prix très sympa de 39,99 euros.

Les plus :

  • Scénario intéressant
  • Univers intriguant

Les moins :

  • Des soucis techniques
  • Des bugs
  • Les retours au camp qui ne servent à rien
  • Quelques facilités scénaristiques

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s