[ Test ] God Of War Ragnarök

God of war Ragnarök a été teasé depuis la fin de l’épisode de 2018, on se rappelle tous de l’arrivée BADASS de Thor, prêt à en découdre avec Kratos pour la mort de ses fils. Que fut la douche froide pour moi, quand au final, le coté BADASS de Thor a carrément été anéanti dans Ragnarök… J’ai reçu le jeu de la part de PlayStation France, je préfère le dire comme toujours et sachez que non, chez moi, le jeu n’aura pas 10/10 et je vous invite à lire la suite de mon test pour savoir pourquoi.

Je ne vais pas spoiler le scénario car on ne va pas se mentir , le but premier de ce genre de gros triple A, c’est tout de même l’histoire. Mais pour résumer, c’est l’indépendance d’Atrèus face à ses origines pour aller littéralement casser la gueule d’Odin. Techniquement, le jeu est clairement solide, je dirais même que c’est la grosse claque. C’est très très très voir même MEGA SUPER beau et ça tourne comme une horloge, aucune baisse de framerate. Les mecs de Santa Monica sont des génies de la technique.

Concernant le gameplay, le jeu s’est tout de même étoffé mais en gardant ses bases. On commence le titre, on a toujours les mêmes armes que dans God Of War 2018, la fameuse hache et les fameuses lames du Chaos. Par la suite, on récupérera la seule nouvelle arme du jeu qui est la lance. Toutes ses armes seront évolutives, comme dans l’épisode de 2018 avec la possibilité de débloquer de nouvelles attaques Runiques. C’est d’ailleurs ces fameuses nouvelles attaques qui ouvrent clairement à la nouveauté, sinon le gameplay resterait toujours le même. Outre Kratos, cette fois, on a la chance ou la mauvaise chance ( pour ma part, c’est la mauvaise chance.. ) de contrôler Atréus, le gamin chiant avec une gueule à s’appeler Dylan ou Enzo et écouter « ClickClick Pan Pan » et faire des Tiktok. Le gamin est toujours aussi chiant, car il est en pleine adolescence et il est sans cesse entre vouloir connaitre plus de choses sur ses origines mais aussi écouter son papounet adoré qui a toujours peur pour lui. Les phases avec lui sont d’un chiant car déjà le gamin a le charisme d’une huitre et on le contrôle clairement pour faire avancer le scénario. Le seul truc cool, c’est que le gosse peut se transformer en loup, ce qui est clairement plutôt stylé, il faut l’avouer. Il peut aussi se transformer en ours, mais bizarrement, quand on le contrôle, ça n’arrive qu’une fois. Donc le seul moment où le gamin peut avoir un minimum de charisme, on te l’offre qu’une fois. Le genre de truc ultra frustrant où t’as juste envie de dire aux développeurs « MAIS POURQUOI ? ». Mais à coté de ça, le jeu offre bien plus de verticalité, avec la possibilité d’attaque en plein saut mais aussi le fait que la lance offre des passages de plateforme, un poil à l’ancienne.

Après avoir parlé brièvement du scénario, partiellement des nouveautés mais de façon plus complète du gameplay, je vais enfin pouvoir parler des défauts du titre. Et le titre en a, c’est pour ça qu’à mes yeux, il ne mérite pas la note ultime que certains lui ont donné. Je suis un petit site indépendant, demain PlayStation France ne veut plus m’envoyer les codes des jeux, je serais dégouté, c’est sûr mais je n’ai jamais sucé personne, je ne mange pas de ce pain là et ce n’est surement pas maintenant et surtout pour recevoir des codes de jeux que je vais le faire. Les développeurs ont eu l’intelligence de développer le jeu avant toute chose pour la PS4, oui car j’ai oublié de le mentionner au départ, mais God of war Ragnarök est un jeu cross-gen, 2 ans après la sortie de la PS5, on a encore des triples A qui sortent sur PS4. Ce qui est bien pour les non-possesseurs de PS5 qui peine à en chopper une mais pour ceux qui ont eu l’intelligence comme moi, de la précommander à son annonce sur le site de la Fnac, on se fait tout de même pas mal sodomiser. Donc étant donné que le titre est de base un jeu PS4, forcément sur PS5, le jeu est au top. Mais il se tape tous les défauts d’un jeu PS4. Et quand je parle de défauts, c’est les temps de chargement cachés. Vous voyez de quoi je veux vous parler ? Mais si quand vous passez dans une crevasse ou quand vous devez courir 2min dans un long couloir bleu tout moche pour vous TP à une autre zone et beh ça, c’est des temps de chargement camouflés intelligemment mais tellement vieillissant sur PS5. On vous a vendu une PS5 avec un SSD magique, beh il ne sert pas à grand chose. J’ai d’autres défauts à signaler, c’est le délire light-RPG qui ne va pas du tout avec le style de God of war. On nous le fout vraiment partout, que ce soit dans Horizon, dans The last of us, ça va encore car c’est léger. Mais sachez que les premières heures de Ragnarök, vous allez vous retrouver avec le même gameplay que dans l’épisode de 2018. Tant que vous n’aurez rien débloqué dans l’arbre de compétences, attendez-vous vraiment à avoir l’impression d’avoir un vulgaire 1.5 devant vos yeux. En vrai, les dernières heures sont vraiment les plus funs car vous avez tout débloqué, vous maitrisez tout et c’est la fête du slip mais avant ça, mon dieu que c’est chiant. En plus, l’interface des menus est dégueulasse, c’est terminé au doigt. On retrouve un autre délire de l’épisode précédent, c’est le loot en veux-tu en voilà, tu ramasses tout et n’importe quoi, tout le long du jeu et croyez-moi, à force, c’est super chiant, c’est trop en fait.

Le jeu a d’autres défauts, la caméra parfois dans les fraises dans les combats car elle est bien trop proche du personnage. Alors le délire plan séquence, c’est sympa, c’est bien gentil, mais croyez-moi que dans un boss-fight, ça casse les couilles. Surtout quand ton ennemi, place des attaques au sol et que tu ne vois pas le cercle rouge derrière toi et que tu te le prends car t’essaies d’éviter le cercle rouge devant. La caméra n’est vraiment pas bien choisie pour les affrontements de boss. Je pourrais aussi mentionner comme défaut, le gros ventre mou qu’on avait aussi dans l’épisode 2018, ce moment où forcément, il faut faire avancer la narration donc on se tape des phases nulles à chier. Le moment où on est avec Atrèus et sa nouvelle copine sur le dos d’un animal à ramasser des fruits pour se finir avec un boss-fight ridicule avec une version géante de Maïté et son chaudron, franchement j’ai trouvé ça d’un chiant. Je n’ai pas compris, le titre monte en puissance, d’un coup, tu te manges ce passage de facile 2 heures dans la gueule, l’action redescend d’un coup et mais après j’avoue qu’on a une bonne montée en puissance et le final, mais quel final, j’avais l’impression d’être dans Avengers Endgame en route face à Thanos. Sauf que là, c’est Kratos, Atrèus et leurs nouveaux amis en route pour niquer Odin. D’ailleurs au passage, le chara-design d’Odin est ridicule, franchement, il aurait pu être plus charismatique. On dirait un papi tout maigrelet qui sort de l’Ehpad. Bon allez je vais conclure ce gros passage des défauts, par un dernier qui est le fait qu’on est JAMAIS seul dans notre aventure. On a toujours un personnage secondaire avec nous, qui sort des réflexions à la con, mais merde laissez-moi solo. On se les mange tous, un coup c’est Kratos, Atrèus, un coup Atrèus et Sindri, un coup Kratos et Brok ou Atrèus et Thor ( d’ailleurs c’est à ce moment là, où le charisme de Thor est mort ! ), ou encore on a Kratos et Freya ou Atrèus et la fille de Thor… Bref on est jamais solo. C’est vraiment chiant à la fin, tu parcours l’aventure, tu veux écouter les musiques extraordinaires du jeu et d’un coup t’as un vieux personnage secondaire qui gâche tout en ouvrant sa gueule…

Pour conclure, le gameplay a certes été peaufiné, le jeu reste un couloir immense, j’ai vu sur twitter certains me sortir que c’était un jeu avec des zones semi-ouvertes, c’est faux. Un jeu avec des zones semi-ouvertes, c’est Metal Gear Solid V Phantom Pain et non God Of War Ragnarök. Ce dernier nous offre un très beau couloir, vraiment magnifique mais ça reste un couloir. Je trouve qu’il n’offre pas assez de différences par rapport à l’épisode de 2018 pour le prendre comme une véritable suite. Pour moi, une bonne suite, c’est Uncharted 2 qui lui a su reprendre ce qui avait de bon dans le 1er, tout en peaufinant plein de choses et en s’améliorant. Là, God of war Ragnarök arrive avec des nouveautés, certes, ce serait mentir de dire que non, mais il se ramène avec les 3/4 des défauts de l’épisode précédent.

Les plus :

  • Très beau
  • Bestiaires plus complet
  • Des combats de boss intéressants
  • Les transformations d’Atrèus
  • Une fin incroyable
  • Les nouvelles attaques Runiques
  • Les musiques

Les moins :

  • Les phases avec Atreus
  • Atreus a le charisme d’une huître
  • Un gros ventre mou comme dans le 1er
  • Du Loot en veux-tu en voilà..
  • La caméra parfois dans les fraises
  • Trop peu d’armes
  • Le côté light-RPG
  • L’interface des menus
  • Le délire d’être sans cesse en duo
  • Un scénario beaucoup trop terre à terre
  • Kratos s’est assagi pour son fils…
  • Chara design d’Odin est ridicule !
  • Trop long

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s